L'épargne des Français, une réserve capitale pour retrouver la croissance

épargne corona

Après avoir réalisé quelques économies pendant les confinements, les foyers vont-ils se rattraper en les dépensant ? C'est tout l'enjeu de l'État en quête de rentrées fiscales nouvelles et qui va devoir affronter le mur de la dette créé par la crise du Covid-19. « La mobilisation de cette épargne vers la consommation (...) va être déterminante pour le scénario de croissance de 2022 », observe l'Observatoire français des conjonctures économiques.

Publié le 15-04-2021 par AFP

Si les Français dépensaient 20% de l'épargne accumulée pendant la crise sanitaire, la croissance du PIB atteindrait 6% en 2022, affirme une étude de l'OFCE, pour qui la mobilisation de l'épargne constitue un enjeu macroéconomique majeur.

L'"épargne-Covid" accumulée en 2020-2021 devrait représenter environ 160 milliards d'euros, estime l'Observatoire français des conjonctures économiques dans ses Perspectives pour 2021 et 2022 publiées mercredi.

"Bien qu'inégalement répartie, la mobilisation de cette épargne vers la consommation", qui représente plus de 50% du PIB français, "ou au contraire sa thésaurisation pour motif de précaution va être déterminante pour le scénario de croissance de 2022".

Lire aussi : La crise du Covid va coûter 424 milliards à l'État sur trois ans

« Une épargne non désirée »

L'OFCE a retenu deux scénarios d'évolution de l'épargne: dans le premier, les ménages déstockent 20% de leur épargne Covid (soit 28 milliards d'euros); dans le second, l'épargne n'est pas dépensée.

La croissance du PIB serait de 4,3% dans ce dernier cas. Mais dans l'hypothèse d'une désépargne partielle, la croissance du PIB serait de 6% en 2022, soit deux points de plus que la prévision du gouvernement.

Toujours selon ce scénario, l'économie française devrait récupérer son niveau de PIB par habitant d'avant-crise "au premier trimestre 2022", soit deux ans après le déclenchement de la crise, "et même finir l'année 2022 un peu au-dessus de 2% d'un niveau d'avant-crise", souligne l'OFC

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités