L'Arabie Saoudite violemment bousculée par Joe Biden

Mohamed ben salman assume la responsabilite du meurtre de jamal khashoggi

Un pas de plus vers de nouvelles sanctions ? C'est déjà un séisme dans les relations bilatérales jusqu'à présent très étroites entre les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite. Sans aller jusqu'à la rupture, Washington a intimé à son plus proche allié au Moyen Orient de ne plus menacer ou attaquer des dissidents à la suite du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Un meurtre approuvé par le prince héritier Mohammed ben Salmane, selon la CIA.

Publié le 28-02-2021 par latribune.fr

Le président Joe Biden a fait savoir samedi qu'une annonce serait faite lundi sur l'Arabie saoudite en lien avec le rapport des services de renseignement américains affirmant que le prince héritier Mohammed ben Salmane avait approuvé le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Interrogé au sujet d'éventuelles mesures de représailles contre le prince, Joe Biden a répondu : "Il y aura une annonce lundi sur ce que nous allons faire avec l'Arabie saoudite en général".

Selon un rapport de la CIA déclassifié vendredi par la Maison blanche, Mohammed ben Salman a approuvé l'opération visant à capturer ou tuer le journaliste Jamal Khashoggi. L'administration de Donald Trump avait refusé de rendre public le rapport de la CIA et de mettre publiquement en cause Mohammed ben Salman. Le dissident saoudien exilé aux Etats-Unis, qui écrivait une tribune dans le Washington Post, a été assassiné le 2 octobre 2018 à l'intérieur du consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Son corps, démembré, n'a jamais été retrouvé.

Les dénégations de Ryad

Les autorités de Ryad ont à nouveau nié toute responsabilité dans cet assassinat et traduit en justice des responsables subalternes accusés d'avoir agi de leur propre initiative. Le ministère des Affaires étrangères a rejeté dans un communiqué les conclusions "injustifiées et inexactes" du rapport américain. Mais le service de renseignement américain conclut pourtant que le prince héritier ne pouvait pas ne pas être au courant de cette opération.

"Nous estimons

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités