L'apprentissage commence mal sa campagne 2017-2018

VERS UN CIBLAGE ACCRU DES AIDES À L?APPRENTISSAGE SUR LES TPE

Dès le mois de septembre, la campagne a connu un départ faible lié au recul des entrées en apprentissage dans le secteur privé. A l'inverse, le secteur public connaît une forte hausse des entrées mais c'est insuffisant pour redresser le cap.

Publié le 28-11-2017 par latribune.fr

Après avoir repris des couleurs ces deux dernières années, l'apprentissage connaît un mauvais début de campagne 2017-2018, avec une baisse de 0,8% des entrées, selon des données provisoires mises en ligne lundi par le ministère du Travail.

Quelque 119.000 jeunes ont signé un contrat d'apprentissage entre juin et septembre, contre 120.000 sur la même période en 2016, selon les chiffres de la Dares, service des statistiques du ministère.

La campagne d'apprentissage, sorte d'année scolaire du dispositif, commence en juin et finit en mai. Les deux dernières campagnes s'étaient soldées par des hausses des entrées (+2,0% en 2016-2017 et +3,0% en 2015-2016), qui succédaient à deux campagnes de baisse (-3,0% en 2014-2015 et -5,7% en 2013-2014).

Lire aussi : La concertation sur l'apprentissage lancée par Muriel Pénicaud

Forte progression dans le public

Cette année, le début de la campagne est plombé par un mauvais mois de septembre, qui n'a vu affluer que 59.400 nouveaux apprentis, contre 65.300 en septembre 2016 (-9,2%). Les entrées dans le dispositif suivent une progression cyclique, avec des pics à la rentrée scolaire. Septembre et octobre sont traditionnellement les deux plus gros mois.

La baisse est essentiellement imputable au secteur privé, où les entrées en apprentissage ont reculé de 1,2% depuis le début de la campagne, et de 9,7% sur le seul mois de septembre.

Dans le secteur public, en revanche, les entrées restent en forte hausse : +11,4% depuis le début de campagne, +3,7%

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités