Jerome Powell (Fed) se veut optimiste pour 2022 malgré une inflation au plus haut depuis 40 ans

Jerome Powell

Le président de la réserve fédérale auditionné mardi par le Sénat s'est voulu optimiste sur l'état de l'économie américaine qui peut supporter selon lui un resserrement de la politique monétaire. Mais Jerome Powell, pragmatique, s'est bien gardé de préciser un calendrier de hausse de taux, considérant que l'inflation - qui s'est affiché à 7% en décembre son plus haut niveau en presque 40 ans - pourrait connaître son pic au second semestre 2022.

Publié le 13-01-2022 par Robert Jules

Article mis à jour à 14h50 avec la nouvelle estimation de l'inflation aux Etats-Unis

Lors de son audition mardi au Sénat américain, Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), a rassuré les marchés sur sa politique monétaire, notamment la future hausse des taux.

Reconduit en novembre dernier pour un deuxième mandat à la tête de la banque centrale des Etats-Unis, il s'est bien gardé de préciser un calendrier. "Ce qu'il n'a pas dit est également important, c'est qu'il n'a pas soutenu quatre hausses de taux en 2022, ni un début de hausse en mars, et n'a pas non plus donné de détails sur le moment où la réduction du bilan de la Fed commencerait", a commenté Jeffrey Halley, analyste Marchés chez OANDA.

Réduction du portefeuille d'actifs

En effet, peu prolixe en détails, Jerome Powell a déclaré toutefois que la banque centrale pourrait commencer à réduire son portefeuille de 8,8 milliards de dollars d'obligations et d'autres actifs plus tard cette année, ce qui serait une autre façon de resserrer les conditions financières.

"Il est certain que si Jerome Powell pense que l'inflation atteindra un pic au cours du deuxième semestre 2022, il ne semble pas nécessaire de commencer à paniquer. Si la Fed a montré quelque chose au cours des deux dernières années, c'est sa capacité à faire preuve d'une grande prudence et de patience", indique l'analyste d'OANDA.

Le président de la Fed a assuré que l'économie du pays n'avait plus besoin aujourd'hui d'une politique de s

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités