Inquiétude de Bruxelles sur la présidence hongroise du Conseil de l’Union européenne

Le premier ministre hongrois, viktor orban

C’est au tour de la Hongrie de Viktor Orban de prendre pour six mois, la présidence du Conseil de l’Union européenne. Un agenda qui ne réjouit guère à Bruxelles, la Hongrie étant accusée régulièrement de bloquer les décisions prises par les 27 pays membres.

Publié le 24-06-2024 par latribune.fr

C'est une perspective qui inquiète. La Hongrie de Viktor Orban va prendre, à partir du 1er juillet, la présidence du Conseil de l'Union européenne pour six mois. Une responsabilité qui ne rassure guère Bruxelles, où les blocages répétés de Budapest agacent plus d'un Etat membre.

Le Conseil de l'UE rassemble les 27 Etats membres au niveau ministériel, en fonction des sujets qu'ils ont à traiter. Il est présidé à tour de rôle, pour six mois, par un des pays membres. Et, de l'Ukraine à l'Etat de droit, en passant par l'immigration, la liste est longue des sujets où la Hongrie a mis son veto ou bloqué une décision pendant des semaines, lors des discussions au sein du Conseil.

« Environ 40% des décisions voulues par l'UE sur l'Ukraine sont bloquées », s'agaçait, fin mai, à Bruxelles, le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis.

Depuis, les choses ont un peu progressé, Budapest ayant finalement accepté l'ouverture formelle des négociations d'adhésion avec Kiev, dont le coup d'envoi sera donné mardi. Mais l'aide militaire de l'UE à l'Ukraine, d'un montant de 6,6 milliards d'euros, est toujours bloquée. Et la future présidence hongroise n'a, semble-t-il, aucune intention de lever son veto.

La Hongrie veut une présidence « comme les autres »

« Nous avons besoin de clarté » sur le sujet, a affirmé cette semaine l'ambassadeur hongrois auprès de l'UE, Balint Odor, en présentant les priorités de son pays pour les six mois à venir. Il s'est ensuite voulu rassurant

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités