Hop!, filiale d'Air France, confrontée au départ de ses pilotes

Hop!, filiale d'Air France, confrontée au départ de ses pilotes

Hier soir, le syndicat de pilotes SNPL d'Air France a pris la parole pour déplorer « l'absence de réponse » de la direction concernant la situation de 140 pilotes de la filiale Hop!, empêchés de rejoindre la maison mère en dépit d'un succès aux tests d'entrée.

Publié le 30-08-2017 par Bertrand Dampierre

Une absence de réponse qui agace

 

Avant même qu'il ne débute, le mois de septembre s'annonce compliqué pour la compagnie aérienne Air France. Alors que la CFTC, alias le syndicat pour les hôtesses et les stewards, a déjà déposé un préavis de grève illimitée à partir du 1er septembre pour s'opposer à la création de la filiale à bas coût Joon, c'est aujourd'hui le syndicat des pilotes qui fait parler de lui. Plus précisément, hier soir, le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) a tenu à se faire entendre via la diffusion d'un communiqué pour déplorer « l'absence de réponse » à la situation compliquée que vivent plusieurs dizaines de pilotes de la filiale Hop!.

Ces derniers cherchent à rejoindre la maison mère de la filiale créée en 2013 après un succès aux tests d'entrée, mais en sont actuellement empêchés par la direction, qui cherche à retarder ces départs massifs pour éviter d'aggraver toujours plus son manque d'effectif. Pour rappel, déjà actuellement, la filiale se retrouve parfois à annuler certains vols ou à affréter des avions auprès d'autres compagnies, faute d'effectifs suffisants.

 

Un rendez-vous entre syndicat et direction ce jeudi

 

Au total, ce sont 140 pilotes de Hop!, qui résulte de la fusion des trois anciennes filiales régionales d'Air France Brit Air, Régional et Airlinair, qui sont en attente après avoir passé avec succès les sélections d'Air France et s'être vu « dénier le droit de postuler », comme le déplore Philippe Evain, président du SNPL Air France.

La semaine passée, pour tenter de débloquer la situation, le syndicat a fait une proposition à la direction, qui « autoriserait Air France à réduire le nombre minimal d'embauches annuelles de pilotes Hop! si les compagnies trouvent des volontaires pour retarder leurs départs », moyennant une « indemnisation » et des « garanties d'embauche ». Mais cette dernière n'a toujours pas donné lieu à une réponse de la part des dirigeants du groupe. La situation pourrait quoi qu'il en soit évoluer dans le courant de la semaine, puisque le SNPL Hop! a rendez-vous ce jeudi avec la direction de la filiale.

Actuellement, la compagnie aérienne dirigée par Alain Malka dispose d'une flotte de 84 appareils et opère des vols quotidiens pouvant accueillir jusqu'à 100 passagers vers une centaine de destinations françaises et européennes.

Les dernières actualités