Fibre optique : la filière française veut tourner la page de la concurrence chinoise

En 2019, la fibre a porte les investissements dans le secteur francais des telecoms, selon l'arcep

Après avoir souffert de la crise du Covid-19 et des importations massives de fibre « made in China » ces deux dernières années, les fabricants français tablent sur un rebond des ventes en 2021.

Publié le 24-09-2021 par Pierre Manière

Bientôt la fin du calvaire pour la filière français de la fibre optique ? Les industriels veulent y croire. Ce jeudi, l'organisation Sycabel, qui représente les fabricants de fils et de câbles pour l'énergie et les télécoms, a levé le voile sur la santé du secteur. Sans surprise, celui-ci a souffert, en 2020, de la crise sanitaire. Les ventes se sont inscrites « en net repli », de 9,8%, à 2,1 milliard d'euros par rapport à l'exercice 2019. Mais ces acteurs, dont les poids lourds se nomment Nexans, Prysmian ou Acome, se montrent optimistes pour l'année en cours. Au premier semestre 2021, le chiffre d'affaires du secteur s'est élevé à 1,3 milliard d'euros, en hausse de 30% par rapport à la même période de 2020.

Il n'empêche, le segment des câbles télécoms, qui représente environ 40% de l'activité globale, ne retrouve toujours pas son niveau d'avant la crise sanitaire. C'est peu dire.

« Les résultats sont en net retrait, de 20% par rapport à 2019 », souligne le Sycabel.

Pourquoi ? Parce qu'à cette période, les industriels ont encore souffert de la concurrence chinoise, dont la fibre optique a « envahi » le marché « entre le second semestre 2019 et le premier semestre 2020 », rappelle Jacques de Heere, vice-président du Sycabel, et PDG d'Acome, un important fabricant de câbles basé à Mortain, en Normandie.

De gros stocks de fibre chinoise à « écluser »

Si la filière française de la fibre optique a été pénalisée au début d'année, c'est, selon lui, parce que « la crise sanitaire a

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités