Europe, année zéro

Drapeau européen

En perpétrant leurs attentats à Bruxelles, capitale de la Belgique, les terroristes de Daech ont aussi frappé le coeur d'une Union européenne, qui, après la crise grecque et celle des réfugiés, doute de plus en plus d'elle-même.

Publié le 22-03-2016 par Philippe Mabille

13 novembre 2015 à Paris ; 22 mars 2016 à Bruxelles. Pour la deuxième fois en quatre mois, l'Europe vient de subir une attaque aveugle visant sa population civile. Revendiqués par l'Etat islamique, ces deux massacres ont pour point commun d'avoir été perpétrés par des jeunes islamistes radicalisés au cœur de nos sociétés, constituant une inquiétante armée de l'ombre difficile à identifier. En visant Bruxelles en début de journée, son aéroport international et son quartier européen, les terroristes n'ont pas frappé au hasard : après Paris et sa jeunesse fan de concerts, de football et de terrasses de café nocturnes, c'est le symbole même de l'Europe que Daesh a ciblé, comme pour signifier que la confrontation est totale avec notre projet de civilisation, dont l'idéal européen est l'expression la plus aboutie.

Guerre globale

Sans doute préparées de longue date, les attaques de Bruxelles, dont Salah Abdeslam, l'un des auteurs des attentats de Paris, arrêté à Molenbeeck, serait l'un des organisateurs, est une réplique, parmi la multitude de celles qui ont heureusement pu être déjouées, d'une guerre globale, hélas sans doute pas la dernière. Cette attaque, par son mode opératoire - des commandos-suicide -, montre que tous les plans « Vigipirate » du monde ne peuvent empêcher que le pire se produise. Nos sociétés libres et démocratiques pourront-elles le rester en vivant avec cette menace redoutable et permanente sur leur sol ? Faudra-t-il se résoudre à réguler l'accès aux halls de

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités