Ericsson : un premier trimestre marqué par la résilience

Ericsson : un premier trimestre marqué par la résilience

L'équipementier rapportait mercredi ses premiers résultats trimestriels pour l'exercice 2020. Il supporte mieux qu'attendu le choc provoqué par l'épidémie, mais s'attend à un ralentissement au deuxième trimestre.

Publié le 23-04-2020 par Alexandra Nuiry


A la fin du premier trimestre, Ericsson enregistre une hausse annuelle de 2 % de son chiffre d'affaires, qui atteint 49,8 milliards de couronnes suédoises. Le revenu net du groupe passe de 2,4 milliards de couronnes en début d'année dernière à 2,3 milliards ce trimestre. A taux de change comparables, les ventes nettes perdent 2 %. Ce sont notamment les résultats en Amérique Latine, en Inde et en Chine qui pèsent sur ce chiffre. L'Amérique du Nord enregistre toutefois des ventes en hausse de 11 % grâce à la 5G. Au Japon, ses activités réseaux et services digitaux augmentent également. Au Moyen-Orient et en Afrique de 8%, ses ventes gagnent 8 %.


Du côté du bénéfice d'exploitation, il grimpe de 30 % d'une année sur l'autre pour atteindre 4,3 milliards de couronnes. Ce résultat est soutenu par sa marge brute qui passe de 38,5 % à 40,4 % à trimestre comparable. Sa marge opérationnelle ajustée augmente à 9,3 %.


Des bases solides


Parmi les faits marquants de son trimestre, Ericsson a remporté une opportunité 5G avec China Mobile face à Nokia. Le groupe évoquait mercredi ne pas avoir ressenti  d'effet concret de la crise sanitaire sur la demande au premier trimestre. Une situation qui devrait évoluer durant le second.  Il s'inquiète également de voir les investissements nationaux sur la 5G maigrir et le continent européen prendre du retard.

Les dernières actualités