Eolien offshore : Vattenfall à son tour en ordre de marche pour Dunkerque

Vattenfall, parc éolienne en mer, offshore, électricité renouvelable,

Le suédois, l'un des énergéticiens pré-sélectionnés pour le site de Dunkerque dans le cadre du troisième round organisé par la France pour ses parcs éoliens en mer, annonce son alliance avec la Caisse des dépôts et le développeur allemand WPD au sein du projet Eliade.

Publié le 07-03-2018 par Dominique Pialot

Avec ses parcs attribués en 2012 et 2014, dont pas un n'a de chance de voir le jour avant 2020 ou 2021 et ses tarifs de près de 200 euros du mégawattheure (MW) accordés à l'époque - alors qu'aujourd'hui se montent des projets sans aucune subvention -, la France fait piètre figure en matière d'éolien offshore. Elle n'en attire pas moins de nombreux acteurs, aussi bien les Français qui ont essuyé les plâtres des premiers rounds, que des étrangers - pour certains déjà très actifs dans les eaux européennes.

Pour le projet de Dunkerque, entre 250 MW et 750 MW qui devraient être attribués au second semestre de cette année et voir le jour en 2022, l'État a pré-sélectionné en mai dernier pas moins de 10 concurrents : EDF EN (allié à la filiale de l'allemand RWE, Innogy), Engie (avec EDPR, déjà son partenaire au Tréport et à Yeu/Noirmoutier), Iberdrola (associé à RES et Iberdrola au sein d'Ailes Marines, lauréat de Saint-Brieuc), mais aussi Incontrol France, le canadien Boralex (allié au belge CMI5i Pastor), les belges Deme Concessions Wind, Parkwind, filiale du groupe Colruyt et Elicio, le norvégien Statoil et le suédois Vattenfall.

Détenu à 100% par l'État suédois, Vatenfall est le 2e acteur mondial

Ce dernier, qui avec 11 parcs en exploitation dans 5 pays et 2 en construction, prétend au rang de deuxième acteur mondial dans l'éolien offshore derrière le leader danois Ørsted (ex-Dong Ernergy), vient à son tour d'annoncer une alliance avec la Caisse des Dépôts et le producteur allema

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités