Engie s'intéresse aussi à Areva

Engie s'intéresse aussi à Areva

Engie vient de se positionner en alternative à l'offre d'EDF sur Areva NP, en proposant de prendre une participation dans le groupe nucléaire français.

Publié le 25-05-2015 par Guilhem Baier

Engie, nouveau partenaire potentiel pour Areva

 

Engie et Areva sont déjà partenaires sur certains chantiers à l'étranger. Ils ont tous les deux remporté l'appel d'offres pour la construction d'une deuxième centrale nucléaire en Turquie, et sont aussi impliqués dans quelques gigantesques projets de parc éolien offshore, dont deux situés en France. Engie détient aussi 5% de l'usine Georges Besse. Les deux groupes ne sont donc pas étrangers l'un à l'autre, même si leur proximité n'est sans doute pas aussi étroite que celle qu'Areva connaît depuis des années avec EDF.

Gérard Mestrallet, le Président Directeur Général d'Engie, anciennement GDF-Suez, a néanmoins surpris les observateurs en déclarant ce week-end au micro d'Europe 1 : « Il y a une partie des activités d'Areva notamment dans le domaine des services de maintenance nucléaire à l'international qui ferait un beau rapprochement avec les nôtres ».

 

 

Créer un groupe commun

 

Engie, l'autre énergéticien français, e est donc, lui aussi, candidat à un rapprochement avec le géant français du nucléaire mondial, via une éventuelle « prise de participation ». Cette déclaration est un moyen de concurrencer directement EDF, dont le patron a lui aussi fait savoir ce week-end qu'une offre de rachat d'Areva NP avait été transmise à l'état major d'Areva.

Si EDF souhaite reprendre l'activité réacteur du groupe Areva, Engie envisagerait les choses différemment, plus sous l'angle d'une coentreprise spécialisée dans la maintenance et la réparation des réacteurs nucléaires, dans laquelle Areva resterait pleinement impliquée, afin de « créer un grand groupe international dans le domaine des services de maintenance nucléaire », comme l'a évoqué Gérard Mestrallet.

Les dernières actualités