En Allemagne, un libéral nommé ministre des Finances veillera à l'orthodoxie budgétaire

Lindner (fdp) reclame de merkel un changement de politique

Plus de deux mois après le scrutin, l'Allemagne connaît les noms de ses nouveaux ministres qui vont devoir tourner la page des seize années du règne d'Angel Merkel. La tâche est d'autant plus périlleuse qu'outre-Rhin les compteurs de l'inflation s'affolent en même temps que la reprise fulgurante des contaminations fait peser le risque de nouvelles restrictions. Le libéral Christian Lindner, défenseur de l'orthodoxie budgétaire, entend rétablir la trajectoire des finances publiques.

Publié le 25-11-2021 par latribune.fr

Les visages du nouveau gouvernement allemand, issu des élections du 26 septembre au cours desquelles aucun parti n'avait remporté suffisamment de sièges pour diriger seul l'Allemagne, commencent à être dévoilés. La coalition tripartite aux couleurs d'un feu tricolore (rouge SPD, jaune FDP, Verts) était parvenue à trouver un accord, qui prévoit que ce sont les libéraux démocrates (Freie Demorkratische Partei) qui détiendront le ministère des Finances, après près de deux ans de crise Covid-19, a annoncé mercredi Olaf Scholz, le futur chancelier. Jamais une telle coalition politique qui va mettre fin aux seize années de règne d'Angela Merkel n'a été au pouvoir dans l'Allemagne d'après-guerre.

Contrairement à la France qui poursuit sa politique du "quoi qu'il en coûte" afin d'éviter la faillite aux entreprises durant la pandémie, l'Allemagne compte bien retrouver rapidement le chemin de la rigueur budgétaire. Elle est d'autant plus sous pression que, outre-Rhin, l'inflation atteint un niveau inédit depuis 30 ans, proche des +5% sur un an.

Ensuite, la première puissance économique européenne fait face à un regain virulent de l'épidémie. Face à la quatrième vague, Berlin a déjà décidé de prolonger ses aides aux entreprises jusqu'en avril 2022.

Jusqu'ici, l'Etat allemand a déboursé plus de 72 milliards d'euros en aides aux entreprises, en plus d'avoir accordé 54 milliards d'euros de crédits, selon des chiffres du ministère publiés la semaine dernière. Le chômage partiel y a coûté de

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités