Du néant de la relation stratégique franco-allemande au divorce nécessaire

France Allemagne

Après la diffusion le 23 mars 2021 de la tribune sur les erreurs allemandes de la France, le groupe Vauban, qui rassemble une vingtaine de spécialistes en activité des questions de Défense, revient sur l’échec de la politique allemande menée depuis 2017.

Publié le 25-01-2022 par Vauban*

Trois ans après la signature du Traité d'Aix-la-Chapelle (22 janvier 2019), le constat est sans appel : la relation franco-allemande dans la défense et l'armement est un échec cuisant. Il est vrai qu'entre méprises françaises et traîtrises allemandes, l'échec était d'emblée prévisible et même annoncé dans ces mêmes colonnes depuis 2020. Alors que la nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne a adopté son contrat de gouvernement (24 novembre 2021) et que la France prend les rênes de la présidence européenne, il est nécessaire d'en revenir aux causes premières de cet échec pour en tirer la conclusion que l'Allemagne n'est décidément pas le bon partenaire de la France dans la défense.

France-Allemagne : de méprises en traîtrises

La première méprise française est de considérer que l'Allemagne pourrait, un tant soit peu, se détacher des Etats-Unis au profit d'une Europe de la défense : c'est aussi la traitrise allemande que de le laisser croire. En dépit des tentatives qui ont suivi le Traité d'Aix-la-Chapelle, force est de constater que l'aimant de la boussole stratégique allemande reste invariablement américain ; en prenant un peu de recul historique, la France ne devrait pas s'en étonner :  depuis le 15 juin 1963, jour où le Bundestag a ajouté, par la force de son vote (et le lobbying américain) la référence à l'Alliance Atlantique dans le Traité de l'Élysée par un préambule interprétatif qui en dénaturait totalement l'esprit, on sait à Paris que la relation transatlantique mat

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités