Des trains espagnols pour la France ? Le site de Reichschoffen d'Alstom menacé, alerte le PDG Henri Poupart-Lafarge

Henri poupart-lafarge va prendre la tete d'alstom

Face à la perspective de voir la SNCF et l'Etat français choisir le constructeur espagnol CAF pour fabriquer plus de 100 trains intercités de la SNCF, le PDG d'Alstom, Henri Poupart-Lafarge, explique à La Tribune les menaces que ferait peser un tel choix sur l'usine alsacienne de Reichschoffen et ses plus de 800 emplois. Les syndicats d'Alstom ont interpellé le gouvernement à ce sujet.

Publié le 11-09-2019 par Fabrice Gliszczynski

Bis repetita. Trois ans après le sauvetage du site d'Alstom de Belfort, le constructeur ferroviaire français monte au créneau pour dénoncer la menace qui plane sur l'avenir de l'usine alsacienne de Reichschoffen et ses plus de 800 salariés en cas de perte du mégacontrat des trains intercités. Passée par la SNCF pour le compte de l'Etat, cette commande porte avec les options sur plus de 100 trains.

Mi-août, la lettre spécialisée Mobilettre indiquait que la victoire semblait promise au constructeur ferroviaire espagnol CAF. Selon nos informations, le dossier devrait être examiné lors d'un conseil d'administration de la SNCF prévu d'ici à fin septembre. Face à la perspective de voir Alstom écarté, les syndicats du constructeur ont interpellé ce mardi 11 septembre le gouvernement en envoyant un courrier à Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire qui chapeaute les transports. Dans un entretien exclusif à La Tribune, le PDG d'Alstom, Henry Poupart-Lafarge, tire lui aussi la sonnette d'alarme.

 « Cette commande de trains Intercités représente, avec les options, dix années d'activité pour le site de Reichshoffen et l'ensemble des sites français qui fabriquent les composants. L'offre d'Alstom est à la fois complète, compétitive et répond aux plus hauts standards technologiques. Sans cette commande, la charge du site serait durablement affectée, avec des conséquences en termes d'emploi. Je comprends les inquiétudes exprimées par les partenaires sociaux. Si

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités