Démantèlement, limitation des acquisitions... : les solutions radicales -mais impossibles ?- du Congrès américain contre les Gafa

gafa

La Chambre des représentants, à majorité démocrate, a rendu un rapport explosif et d'une ambition inédite pour réguler les quatre Gafa (Google, Apple, Facebook et Amazon). Avec des solutions parfois radicales pour restaurer la concurrence, comme le démantèlement de Facebook et de Google, l'interdiction d'opérer dans des secteurs adjacents à leur coeur de métier pour Apple et Amazon, ou encore la limitation des rachats. Problème : même en cas de vague démocrate aux élections de novembre, les chances que la plupart de ces mesures recueillent un soutien majoritaire sont faibles.

Publié le 08-10-2020 par Sylvain Rolland

Le Congrès américain sort l'artillerie lourde contre les Gafa. Deux mois après avoir sérieusement cuisiné, lors d'une audition historique, les quatre "empereurs de l'économie numérique" -Sundai Pichai (patron de Google),Tim Cook (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) et Jeff Bezos (Amazon)-, les élus en charge de cette grande enquête de 16 mois contre les Gafa ont rendu leur verdict mardi 6 octobre. Et leur rapport de 449 pages, mené par treize députés, fruit de sept auditions et de 1,3 million de documents récoltés, fait office de dynamite.

Lire aussi : Comment Google, Apple, Facebook et Amazon se sont défendus face au Congrès américain


Constat accablant d'abus de toutes sortes

L'enquête du sous-comité antitrust de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, la chambre basse du Congrès à majorité démocrate -contrairement au Sénat- consacre de nombreuses pages à expliquer, entreprise par entreprise et secteur par secteur, en quoi les Gafa abusent de leurs positions et étouffent la concurrence.

"Ces géants, qui étaient autrefois des petites start-up, ont remis en question le statu quo et sont devenus le genre de monopoles que nous n'avions pas vus depuis l'ère des barons du pétrole et des magnats des chemins de fer", insistent-ils. Et de poursuivre : "Ces firmes ont trop de pouvoir, et ce pouvoir doit être contenu et faire l'objet d'une surveillance et d'une application adéquate des lois. Notre économie et notre démocratie en dépendent".

Dans le détail, le rapport

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités