Coronavirus : "Si la crise dure, l'Etat devra venir au secours de son réseau aéroportuaire" (UAF)

Level, filiale low cost d'iag, volera a partir d'orly

Dans une interview accordée à La Tribune, Thomas Juin, le président de l'Union des aéroports français, annonce que la quasi-totalité des aérogares de l'Hexagone vont fermer temporairement dans les prochains jours. Avec l'absence de trafic, le financement des missions régaliennes de sûreté et de sécurité ne pourra plus être assuré et les aéroports demandent à l'Etat de le prendre à sa charge. D'autres mesures pour les soulager ont été demandées. En outre, l'UAF souhaite une réflexion avec l'Etat sur la stratégie à mettre en place au moment de la reprise, une phase au cours de laquelle les pays seront en compétition pour attirer les compagnies aériennes.

Publié le 28-03-2020 par Fabrice Gliszczynski

L'aéroport d'Orly va fermer temporairement ses portes le 31 mars. Avec l'arrêt quasi-complet du transport aérien français, il ne sera pas le seul parmi les quelque 80 aéroports métropolitains.

"Nous nous dirigeons vers un réseau d'aéroports français squelette. Dans quelques jours, les aérogares ouvertes se compteront sur les doigts d'une main. Dès que la phase de rapatriements des touristes français sera passée, seuls quelques aéroports maintiendront une partie très restreinte de leurs aérogares pour le traitement de quelques vols commerciaux hebdomadaires", déclare à La Tribune Thomas Juin, le président de l'Union des aéroports français (UAF).

Roissy-Charles de Gaulle bien sûr, dont la direction table sur le maintien de 10 à 15% de son offre, et quelques grands aéroports régionaux comme Toulouse ou Nice, pour assurer un minimum vital sur quelques liaisons.

Pour autant, si la quasi-totalité des aéroports vont fermer leurs portes au public, la plupart d'entre eux vont assurer "un maintien en conditions opérationnelles côté pistes", pour accueillir si besoin les activités aériennes indispensables de secours, comme les vols d'évacuation sanitaire, de la gendarmerie, des hélicoptères... Pour ces vols, l'Etat a besoin en effet de conserver un maillage aéroportuaire important.

Baisser les coûts

La fermeture des aérogares est cruciale pour les gestionnaires aéroportuaires. Privés de toute ressource, "les aéroports réduisent au maximum les coûts variables", explique Thomas Juin, en

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités