Conditions de travail : Apple et Foxconn épinglés en Chine

Conditions de travail : Apple et Foxconn épinglés en Chine

Pour fabriquer le nouvel iPhone, Apple et son sous-traitant Foxconn ont reconnu avoir employé 50% de travailleurs temporaires en Chine alors que la loi n'en autorise que 10%.

Publié le 10-09-2019 par Esther Buitekant

Apple en infraction 


La grande conférence annuelle d'Apple, qui se tiendra dans quelques heures en Californie, est assombrie par une sérieuse polémique. Alors que le nouvel iPhone s'apprête à être dévoilé, Bloomberg a révélé que la marque à la pomme et son sous-traitant Foxconn avaient enfreint le Code du travail en Chine. Selon une enquête menée par l'ONG China Labor Watch, dont s'est fait écho le média américain, Apple aurait largement dépassé le seuil légal de travailleurs intérimaires autorisé. L'ONG a également relevé une autre infraction des deux entreprises dont les employés feraient 100 heures supplémentaires chaque mois. Un chiffre nettement supérieur aux 36 heures autorisées par la loi. Des faits reconnus par l'entreprise américaine dans un communiqué mais qui s'est toutefois défendue de pratiquer le travail forcé : 'Toutes les heures supplémentaires étaient volontaires et il n'y a aucune preuve de travail forcé.' 


Des incidents à répétition chez les sous-traitants chinois d'Apple


Ce n'est pas la première fois que la marque est accusée de ne pas offrir des conditions de travail correctes aux employés travaillant chez ses sous-traitants. L'an dernier, des lycéens avaient affirmé avoir été exploités par Quanta Computer, un autre sous-traitant chinois, qui leur aurait imposé de travailler en dehors des heures légales et parfois même la nuit. Après ces nouvelles révélations, Apple a fait amende honorable : 'Nous croyons que tous les acteurs de notre chaîne d'approvisionnement doivent être traités avec dignité et respect." L'ONG qui a dénoncé les agissements d'Apple attend toutefois une remise en question plus profonde du géant américain.

 

Les dernières actualités