CDG Express et RER B : Pécresse restera "inflexible" sur sa position

CDG express

La patronne (LR) du conseil régional francilien a profité le 21 janvier de ses vœux de présidente d’Île-de-France Mobilités pour réaffirmer sa position sur sa ligne directe entre l'aéroport Charles-de-Gaulle et la gare de l'Est.

Publié le 23-01-2019 par César Armand

Depuis 48 heures, il ne se passe pas un jour sans que le CDG Express s'invite dans les débats franciliens. Le 20 janvier, le préfet de Paris, préfet d'Île-de-France, Michel Cadot, estime, dans Le Parisien, que la future ligne directe entre l'aéroport Charles-de-Gaulle et la gare de l'Est est « hautement souhaitable » si « Roissy veut rester dans les 10 premiers et continuer de faire de Paris le moteur du développement du pays ».

Dans cet entretien, le représentant de l'État à l'échelle francilienne assure aussi « qu'on peut toujours l'arrêter » :

« La mission dont j'ai été chargé éclairera ses modalités de réalisation en préservant nécessairement les transports du quotidien, notamment le RER B. » Le préfet Cadot y déclare également que « sur les 2,1 milliards d'euros du projet, environ 530 millions sont aussi dédiés à améliorer le tronçon commun RER B/ligne K. C'était une exigence qu'Île-de-France Mobilités a négociée et obtenue lorsqu'elle a adopté le CDG Express. »

"Nous avons besoin de cette liaison directe ! (Pécresse)

Dans ses vœux prononcés dans la soirée du 21 janvier, la présidente de l'autorité organisatrice de transports Île-de-France Mobilités (IDFM, ex-STIF) réaffirme son attachement à cet axe de 32 kilomètres : « Oui, nous avons besoin de cette liaison directe ! Elle est complémentaire du RER B et nous permettra de le désaturer car une personne avec des valises prend la place de trois. » Valérie Pécresse ajoute : « En termes d'attractivité, c'est capital ! 50 mi

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités