Casino à la peine, Carrefour à la relance

Carrefour

Dans un secteur français de la grande distribution marqué par la guerre des prix et la crise du modèle de l'hyper, tous les acteurs ne résistent pas aussi bien.

Publié le 16-01-2015 par Aglaë Derouen

Guerre des prix

 

Mettre en place une stratégie commune d'achats en unissant ses centrales paraissait en septembre dernier une excellente idée pour faire baisser les prix et attirer à nouveau les clients vers les supermarchés et hypermarchés. C'est ainsi que Casino et Intermarché ont à l'époque uni leurs efforts. Carrefour a lui aussi suivi la tendance, mais seulement à partir de janvier 2015, en s'alliant avec Cora. Durant l'année 2014, Carrefour a donc fait cavalier seul face aux concurrents alliés.

 

 

Carrefour progresse

 

Pourtant, si l'on en juge par les résultats des groupes Casino et Carrefour, tous deux publiés hier, il s'avère que Carrefour a réalisé des performances supérieures à celles attendues, grâce au Brésil, mais surtout à la France, où il réalise 40% de ses ventes. Si les ventes en hyper sont en baisse de 0,7%, les supermarchés et les commerces de proximité du groupe leader de la grande distribution progressent respectivement de 1,9% et de 7,5%. Sur l'ensemble de l'année 2014, son chiffre d'affaires global est de 83,99 milliards d'euros avec une croissance organique de 3,9%.

 

 

Casino régresse

 

Casino, en revanche, continue de régresser. Après un troisième trimestre caractérisé par un repli de 3,9%, le groupe stéphanois enregistre encore une baisse de 0,4% au quatrième trimestre. La baisse est constante quelles que soient les enseignes : les ventes régressent ainsi de 4,4% pour les hypers Geant Casino, de 4,9% pour les Supermarchés Casino, de 3,5% pour les Franprix/Leader Price, de 1,7% pour les Proxi et autre enseignes de proximité et de petites tailles ; Monoprix est l'enseigne du groupe qui résiste le mieux, avec des ventes en recul de 0,5% seulement.

Les dernières actualités