« C'est fin 2021 et en 2022 que le poids de la crise va vraiment se sentir » (Philippe Grabli, Oneida Associé)

Philippe Grabli

4 QUESTIONS. Avec le débranchement des aides aux entreprises, qui ont déjà coûté plus de 200 milliards d'euros à l'État selon une estimation du comité de suivi et d'évaluation des aides aux entreprises, Bercy s'attend, en plus du risque de liquidations, à d'importantes restructurations. Mais alors que les grands groupes peuvent recourir au CIRI (Comité Interministériel de Restructuration Industrielle) pour être accompagné, l'Etat se devait de fournir un outil similaire aux PME. Pour cette mission, il a sélectionné une vingtaine de cabinets pour cette mission, dont Oneida Associé (groupe Oasys & Cie), dirigé par Philippe Grabli.

Publié le 10-05-2021 par Propos recueillis par Margaux Fodéré

LA TRIBUNE - En quoi consistent ces missions d'accompagnement lancées par l'Etat et quelles entreprises visent-elles ?

PHILIPPE GRABLI - Bercy a voulu réunir un pool d'équipes spécialisées dans la restructuration, la fiscalité, la renégociation des dettes ou la recherche de repreneurs, catégorie pour laquelle nous avons été sélectionnés. En effet, il y a une montée en puissance de ce genre de situations, surtout en région.

Là-bas, c'est le commissaire au redressement productif qui, localement, fait remonter les sujets ou les demandes d'exonérations fiscales. Mais les PME ou les ETI, ces entreprises de taille moyenne qui réalisent un chiffre d'affaires de 5 à 40 millions d'euros, n'ont pas toujours le réflexe de demander de l'aide pour renouveler leur actionnariat. Pourtant ces entreprises sont jugées importantes par l'Etat pour le tissu local et pour leur technologie.

Lire aussi : COVID-19 en 24h : restructurations d'entreprises, prix du pétrole, déficit italien...

Il s'agit d'un processus préventif pour que l'on sache agir face à une série de dossiers socialement sensibles. C'est la première fois que Bercy prend en main et finance ces sujets.

Ces entreprises feront l'objet de « restructurations et/ou de transformations ». Que pensez-vous de la place accordée à la réindustrialisation dans le plan de relance ?

L'industrie a longtemps été le parent pauvre de la politique économique, en tout cas au niveau des ETI. En Allemagne, des efforts ont été faits par l'Etat, les partenair

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités