Bourse: comment les valeurs automobiles ont sauvé les meubles en 2020

Les bourses europeennes ferment en baisse

Les constructeurs et équipementiers automobiles ont largement rattrapé les pertes engrangées pendant la crise sanitaire. Il reste de belles opportunités sur ce secteur, notamment côté équipementiers, même si leur statut de "valeur tech" est moins valorisé qu'auparavant...

Publié le 20-01-2021 par Nabil Bourassi

Les valeurs boursières de l'automobile ont-elles été hermétiques au chaos de l'année 2020 ? Pas tout à fait, puisque l'effondrement des ventes automobiles du fait des confinements et des fermetures d'usines ont donné des sueurs froides aux porteurs de titres. Mais la note finale de cette année de montagnes russes ne témoignent pas de la réalité commerciale, et présage même d'un surprenant optimisme de la part des investisseurs pour l'année 2021.

Une fin d'année calme...

Ainsi, au 31 décembre, les titres des deux constructeurs tricolores ont largement dissipé les effets de la crise. Sur un an, le titre Renault ne lâche que 14,32%, soit sept points de moins par rapport à la baisse de ses ventes en volume (-21,3% d'immatriculations en moins). PSA, lui, affiche même une action en très légère hausse... Bien entendu, cette variation dissimule une courbe qui s'est largement infléchie au cours de l'année, avec un point bas autour de mars, au tout début du confinement en France. Renault avait alors plongé de 65% par rapport au 1er janvier, tandis que PSA avait dévissé de 56%.

Renault visée par des rumeurs

Le groupe au losange faisait alors l'objet de rumeurs sur sa solvabilité financière, bien avant la crise sanitaire. Un risque démenti par la direction, qui, avec la survenue de la crise financière, n'a pourtant pas eu d'autres choix que de contracter un prêt garanti par l'Etat de 5 milliards d'euros. De son côté, PSA profitait non seulement de sa réputation de groupe résilient et res

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités