Bolloré veut convertir l'Asie du Sud-Est à l'Autolib'

autolib

Le groupe Bolloré accélère le développement international de son service d'autopartage de véhicules électriques. En Asie du Sud-Est, Singapour et le Cambodge sont ainsi dans la ligne de mire de l'industriel français.

Publié le 01-05-2014 par Guilhem Baier

L'internationalisation de l'autopartage (Bolloré)

 

Propriétaire d'Autolib' en Ile-de-France, le groupe Bolloré va lancer ce service d'autopartage de véhicules électriques à Indianapolis (Etats-Unis) au cours de l'année. Un véritable coup d'accélérateur pour les BlueCar électriques, qui pourraient également circuler dans les rues londoniennes à l'horizon 2015-2016. Cette stratégie de développement international a par ailleurs justifié la reprise du réseau de points de chargement de véhicules électriques outre-Manche, qui bénéficiera d'un investissement de 100 millions de livres. A terme, le groupe Bolloré prévoit ainsi de mettre en circulation 3000 Bluecar avec volant à droite dans la capitale britannique.

 

 

Bolloré : haro sur l'Asie du Sud-Est

 

Mais pour Vincent Bolloré, l'avenir du service d'autopartage de voitures électriques repose sur l'Asie. Selon des sources proches du dossier, l'homme d'affaires aurait d'ores et déjà engagé des négociations avec Singapour, pour mettre en place le modèle d'Autolib' ainsi qu'un tramway électrique sans rail ni caténaire. Le Cambodge serait également à l'étude, et plus particulièrement le site historique d'Angkor Vat, classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1992. Les monuments de cette merveille architecturale sont en effet dégradés par la pollution des milliers de "tuk-tuk", dédiés au transport des millions de visiteurs. Les autorités locales envisageraient donc le service d'autopartage de voitures électriques comme une alternative viable aux transports collectifs polluants.

Les dernières actualités