Bertrand Piccard : les négociations climat sur la corde raide !

piccard

LES TOPS ET LES FLOPS DE LA COP26. Quels que soient les engagements pris par les décideurs lors d'une conférence internationale sur le climat, ceux-ci doivent ensuite trouver l'approbation des populations à l'échelle nationale. Par Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse.

Publié le 03-11-2021 par Bertrand Piccard

Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse, psychiatre et explorateur, auteur du premier tour du monde en ballon (1999) puis en avion solaire (2015-2016), tiendra durant cette quinzaine une chronique quotidienne des succès et des déceptions de ce rendez-vous crucial pour l'avenir de notre planète. Une exclusivité pour La Tribune et le quotidien suisse Le Temps.

_________

Lors d'une réunion comme la COP26, on assiste en fait à la cohabitation de trois mondes : celui qui veut changer le système (mais ne sait pas comment s'y prendre) ; celui qui résiste au changement (cherchant à maintenir le statu quo le plus longtemps possible) ; et enfin celui des décideurs qui doivent prendre des engagements. Jusqu'ici, ces trois mondes semblaient vivre en confrontation permanente. Aujourd'hui, l'évolution de la situation et des solutions leur permet de tirer à la même corde.

Après deux jours de conférence à Glasgow, les débats sont riches et on espère que des résultats significatifs seront obtenus. Mais n'oublions pas que tout engagement pris lors d'un tel événement devra ensuite être accepté au niveau national, par les parlements et la population. Négociateurs et chefs d'Etat sont sur la corde raide, et leur mission s'apparente à un exercice de funambule particulièrement délicat.

Une vision enthousiasmante et positive

Lorsque l'on voit que la taxe carbone jugée ici indispensable a fait descendre les gilets jaunes dans la rue en France, et que même la population suisse a refu

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités