Auchan met en vente 21 sites français, les syndicats fustigent l'enseigne qui a profité du CICE

Auchan promet un redressement dans ses hypers en france en 2018

Edgard Bonte, le nouveau président d'Auchan Retail, a donc tranché. L'enseigne annonce la mise en vente de 21 sites jugés non rentables en France. Si aucun repreneur ne se présentait, un licenciement collectif (PSE) serait engagé. Après la perte de 2018, Auchan Holding évoquait le 8 mars dernier un grand plan de transformation de l'entreprise. Mais, aujourd'hui, après cette annonce choc, les syndicats demandent que l'enseigne rembourse à l'État les plus de 500 millions d'euros perçus au titre du CICE, censé "maintenir l'emploi".

Publié le 02-05-2019 par AFP

[Article publié le 30.04.2019 à 11h, MàJ avec réactions 12h28 CFDT, 19h40 CGT]

Auchan France, engagé dans un vaste plan de réformes destiné à réduire ses pertes financières, a annoncé, ce mardi 30 avril, à ses partenaires sociaux la prochaine mise en vente de 21 sites, "sans perspective réaliste de retour à la rentabilité".

L'annonce a été faite aux partenaires sociaux réunis en comité central d'entreprise (CCE) à Marcq-en-Baroeul (Nord).

Dans un communiqué, le groupe nordiste de distribution précise que si ces sites (supermarché, hypermarché, entrepôt et drive) ne trouvaient pas preneur, "un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) sera donc ouvert". Pour mémoire, le PSE, successeur du "plan social" est le dispositif actuel (il succède au fameux "plan social" instauré par la loi Soisson de 1989 à 2002) qui encadre les licenciements collectifs.

La CFDT dénonce "des années d'errances stratégiques"

Selon la CFDT, qui dénonce un "PSE qui intervient après des années d'errances stratégiques", 723 salariés seraient concernés par cette cession.

"La CFDT est scandalisée d'apprendre que l'entreprise décide d'un PSE d'envergure en mode départ contraint sur les sites de production", souligne le syndicat dans un communiqué.

La CGT estime que les salariés ont été "trahis"

"On a été bernés. C'est près de 800 salariés demain qui vont être dans des grandes difficultés d'ordre psychologique, sociale, financière et donc c'est une vraie catastrophe sociale", s'est indigné Gérald Villeroy, délégué

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités