"Apple peut tuer ton business en une heure" (Cyril Paglino, ex-Pdg de Tribe)

Cyril Paglino

En juin dernier, Tribe, la messagerie vidéo de groupe devenue une plateforme de jeux vidéo, a mis la clé sous la porte après trois ans d'existence et 6,5 millions de dollars levés auprès des plus grands fonds d'investissement, dont Sequoia Capital et Kleiner Perkins aux Etats-Unis, Partech et Kima Ventures en France. Son fondateur, Cyril Paglino, explique à La Tribune les raisons de cet échec et s'étend sur sa nouvelle activité, Starchain Capital, un fonds d'investissement dans les projets utilisant la technologie blockchain. Avec un rêve : construire enfin un Internet décentralisé et sortir du joug des géants du Net. Entretien.

Publié le 27-09-2018 par Sylvain Rolland

LA TRIBUNE - Après trois ans d'existence, vous avez fini par débrancher Tribe début juin. Que s'est-il passé ?

CYRIL PAGLINO - Nous arrivions tout simplement à court de financement, il nous restait au maximum quelques mois de trésorerie. Nos KPI [indicateurs de performance, NDLR] n'étaient pas suffisamment bons pour pouvoir relever de l'argent. Tribe était une application sociale, cela veut dire qu'il faut atteindre un effet de masse pour devenir rentable [Snapchat, qui revendique 188 millions d'utilisateurs actifs par jour, n'est toujours pas rentable, NDLR]. Or, depuis quelques temps, nous étions bloqués à 3 millions d'utilisateurs et nous n'arrivions plus à recruter, alors que nous avions pourtant franchi très rapidement plusieurs paliers de croissance qui nous avaient permis de convaincre les meilleurs fonds américains comme Sequoia Capital et Kleiner Perkins.

Lire aussi : Appels vidéo : Tribe va-t-il ringardiser Skype et Facetime ?


En 2017, vous admettiez être dans une course contre la montre avec les géants du Net. Votre objectif était de grandir vite avec une technologie meilleure afin de vous faire racheter...

Oui, mon but était clairement de vendre Tribe à un géant pour qu'il intègre notre technologie à son écosystème. Mais le problème est que tous les gros du secteur, notamment Instagram et Snapchat, ont fini par intégrer eux-mêmes la fonctionnalité de messagerie vidéo de groupe qu'on faisait au début, et aussi la partie jeu qui était notre business à la fin. Du co

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités