Airbus réorganise son système industriel pour préparer l'avion du futur

Airbus A350

Airbus a annoncé lors de son comité européen ce mercredi 21 avril le rapprochement avec ses filiales d'aérostructures, Stelia en France et Premium Aerotec en Allemagne. À l'inverse, les activités de pièces élémentaires outre-Rhin vont sortir du groupe. Ce nouveau schéma industriel engagé par l'avionneur européen vise à renforcer la compétitivité pour se préparer à la relance du trafic aérien mais aussi s'assurer d'une maîtrise totale des aérostructures qui sera l'élément clé dans la définition de la prochaine génération d'avions.

Publié le 22-04-2021 par Florine Galéron

C'est une première étape dans la mise en place d'un nouveau système industriel. Airbus vient de formaliser ce mercredi 21 avril à l'occasion d'un comité européen le rapprochement avec ses filiales d'aérostructures (Stelia en France et Premium Aerotec en Allemagne) par la création de deux sociétés d'assemblage d'aérostructures (des différents éléments de la structure d'un avion comme le fuselage et ailes) à l'horizon 2022. La première en France pourrait regrouper, en plus des effectifs de Stelia dans le monde, les personnels des usines Airbus de Nantes et de Saint-Nazaire pour former un nouvel ensemble dédié aux aérostructures qui pèsera cinq milliards d'euros pour un effectif de 12.000 salariés, dont plus de 9.000 en France.

La deuxième, en Allemagne, regroupera avec les activités du site de Stade et d'assemblage de structures à Hambourg avec celles de Premium Aerotec à Nordenham, Brême et partiellement à Augsbourg. Ses effectifs dépasseront les 7.000 salariés.

"Les deux nouvelles entités détenues à 100 % par Airbus, ne seraient plus considérées comme fournisseurs d'Airbus mais intégrées dans le périmètre du groupe", indique le groupe. Elles dépendront du directeur des opérations qui est actuellement Michael Schoellhorn et qui sera remplacé par Alberto Gutierrez à compter du 1er juillet.

Par ailleurs, une troisième entité sera créée en Allemagne pour sortir du groupe Airbus les activités de pièces élémentaires, jugées moins stratégiques.

Les aérostructures jugées "essentielle

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités