Air France critique les redevances aéroportuaires

Air France critique les redevances aéroportuaires

Le PDG d'Air France, Frédéric Gagey, estime que les redevances aéroportuaires instaurent une distorsion de concurrence entre les compagnies aériennes.

Publié le 04-05-2015 par Bertrand Dampierre

Mise en cause des redevances

 

Air France, qui a présenté en fin de semaine dernière son plan Perform 2020 aux salariés du groupe cherche par tous les moyens à renouer avec la compétitivité. Ce plan prévoit de réduire les coûts de la compagnie aérienne française de 1,1 milliard d'euros d'ici 2017. Le coût du personnel étant plus élevé que sur les autres compagnies, une réduction de ce dernier pourrait être un levier puissant, mais risqué, compte tenu de la culture de la grève répandue parmi les personnels, en particulier les pilotes et les personnels navigants commerciaux.

Mais, selon Frédéric Gagey, le Président d'Air France, interviewé ce week-end par le quotidien Le Figaro, « il est certain que si les compagnies européennes payaient peu de redevances aéroportuaires comme celles du Golfe, leurs problèmes seraient résolus! »

 

 

Distorsion de concurrence

 

Frédéric Gagey pointe en effet une situation dont la Commission Européenne s'est saisie, car elle introduit une distorsion de concurrence forte au sein du secteur du transport aérien. Cette distorsion n'est d'ailleurs pas propre à l'Europe, car des compagnies américaines comme American Airlines, Delta Airlines ou United Airlines ont elles aussi saisi la justice de leur pays pour les mêmes motifs.

Ce sont les compagnies du Golfe qui sont ici incriminées, car, selon Frédéric Gagey, elles « bénéficient notamment de subventions indirectes importantes puisqu'elles s'acquittent de très faibles redevances aéroportuaires dans leur pays ». Alors qu'Air France verse chaque année 500 millions d'euros de redevance aéroportuaire à Aéroports de Paris, la faiblesse des redevances des compagnies du Golfe dans leurs propres pays équivaut à 42 milliards de dollars de subventions déguisées versées depuis 2004 à Emirates, Etihad et Qatar Airways.

Les dernières actualités