À Lyon, la revanche des corps intermédiaires

Lyon hotel de ville

FACE A LA CRISE. En Auvergne-Rhône-Alpes, les corps intermédiaires se sont rapidement imposés comme les interlocuteurs privilégiés des entreprises comme des pouvoirs publics. Leur force : être restés unis.

Publié le 03-08-2020 par Stéphanie Borg

Organisations patronales et syndicales, experts-comptables, chambres de commerce et d'industrie, associations de soutien aux entrepreneurs, conseils aux entreprises divers et variés... la crise du Covid-19 a réveillé les corps intermédiaires. Eux que l'on disait appartenir au « vieux monde » ont réussi en quelques jours - ce que des années de pédagogie et de sensibilisation n'avaient pas su enclencher - à s'emparer des outils numériques pour poursuivre leurs activités et s'imposer comme l'épicentre du renseignement à destination des acteurs économiques.

« Cela démontre que l'intermédiation peut avoir son utilité, surtout lorsqu'on exerce pleinement notre mission régalienne », commente Philippe Valentin, le président de la CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne qui s'était donné comme objectif, entre début mars et fin avril, de contacter près de 50.000 entreprises de son vaste territoire.

Tous le confirment : la crise a été l'occasion de revaloriser leurs métiers, auprès de l'État - qui ne cesse de leur imposer des régimes budgétaires secs ou des remises en cause de leurs statuts spécifiques -, mais surtout auprès des TPE/PME, l'essentiel du tissu économique régional.

« Nous sommes experts plus que comptables. Nous avons passé la majorité de notre temps à conseiller utilement l'entreprise et à sortir les PDG de l'ornière. Nous avons retrouvé un vrai rôle de conseil en décryptant les décrets et en trouvant rapidement des solutions. Dans tous les drames, il sort quelque chose

Lire la suite

Voir la suite...

Les dernières actualités